Inidigène

Indigène

Le film Indigène est interprété par des acteurs avec brio par des musulmans connus en France. C’est le premier film à émouvoir toute la classe politique est surtout le Président actuel Jacques Chirac qui a été ému par ce film et les anciens combattants (Magrébin et Afrique noir),qui ont pu rivaliser la somme ou le salaire qui ont du être demandé comme les Français. Ce film racontre un succès fou dans les salles de cinéma, même dans la salle d’Utopia.Ce film est réaliséet produit part Rachid Bouchareb. Les acteurs sont joués part Jamel Debouze, Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami BouajilaLes acteurs comme je vous le disais sont exceptionnels, ils vivent tous une histoire extraordinaire et vrai dans tous ça. L’acteur fétiche de cette histoire et bien sur le mythique le marocain Jamel Debouze qui est allé en Algérie pour promouvoir ce film qui as eu du mal, car ce n’est pas un Français ou un Algérien qui est allé mais un pure marocain. Malgré ça il a pu aller là-bas et promouvoir ce film avec archarnement.Cette histoire parle surtout des soldats musulmans qui ont souffert plus que d’autre pays Européenne qui ont eut plus d’argent. Grâce à ce film les gens ont pu connaitre la vérité et donner la vie en plus qui leur manquer à ces soldats patriotes musulmans qui ont fait plus de travail que d’autre Européenne. Spinosi

En 1943, alors que la France tente de se libérer de la domination nazie, le parcours de quatre « indigènes », soldats oubliés de la première armée française recrutée en Afrique.

Abdelkader, Saïd, Messaoud et Yassin, réputés pour leur courage, sont envoyés en première ligne. Argent, amour pour la France ou pour l’armée française, foi en la liberté et l’égalité, leurs motivations divergent pour un même combat, libérer la France, les armes à la main.

Extraits de dialogues

– Section Halte !

A Gauche, Gauche !

– Pas de geste de commandement, je tiens à ma peau.S’ils me repèrent comme gradé c’est moi qui servirai de cible.

– Caporal Abdelkader de la deuxième compagnie du régiment des tirailleurs algériens, à vos ordres sergent.

– Qu’est-ce qu’ils savent faire tes bonhommes ?

– Je les connais pas encore sergent, c’est mon premier groupe.

– Comment t’es passé caporal, toi ?

– J’ai réussi l’examen, sergent.

– Moi l’examen, je l’ai passé face aux boches.

Le Prix d’interprétation masculine, remis par Diane Kruger, est allé, de manière collective, à Jamel Debbouze, Samy Naceri, Sami Bouajila, Roschdy Zem et Bernard Blancan pour leur prestation dans Indigènesde Rachid Bouchareb.Durant la Cérémonie de remise des prix, Roschdy Zem a déclaré :« J’ai une pensée pour les soldats que nous avons représentés dans le film, qui n’ont pas eu de récompense. C’est à eux que je dédie ce Prix. Je voudrais remercier notre Pedro à nous, Rachid Bouchareb. Je ne sais pas si vous nous aimez, nous on vous aime très fort. »Sami Bouajila :« Pour ma part, ce film représente le désir de toute une génération, en tout cas la mienne et j’espère aussi de bon nombre de celles qui nous précèdent, du besoin de retrouver sa mémoire, son histoire. C’est un grand cri d’amour envers les uns et les autres. »Bernard Blancan :« Depuis tout petit, je suis allergique à l’injustice et au mensonge. Quand on m’a proposé ce projet, je trouvais qu’il y avait plein de choses à dire, et j’étais ravi. Si j’avais été directeur de casting, je ne sais pas si je me serais pris… J’aurais des gens connus comme Vincent Cassel, Gérard Depardieu, Daniel Auteuil. Ils m’ont accordé cette confiance, ils m’ont toujours témoigné un respect tellement inouï. Ce film a été une leçon à la fois artistique et humaine très forte. La preuve, je suis là aujourd’hui. Merci beaucoup, à Rachid et à toute la bande. »

Jamel Debbouze :

« Je voulais savoir s’il n’y avait qu’un seul Prix pour des raisons d’organisation… Parce que je vais le garder, c’est sûr ! Je voulais remercier bien évidemment Rachid Bouchared, Jean Bréhat le producteur, je voulais souligner son travail. Bien sûr les acteurs, en particulier Samy Naceri qui n’a pas pu être là ce soir pour des raisons techniques. Je voulais remercier Khaled pour la musique, je voulais remercier Bertrand Labbé qui m’a fait passer du RMI à l’ISF. Il y en a plein comme ça que je dois remercier. Du fond du coeur, merci à Ahmed, à Django Jack qui sont dans la salle, Julie, Françoise, toute l’équipe technique du film. Je tiens absolument à remercier Michel Poniatowski pour la carte de séjour. Sans lui, mon père n’aurait pas pu entrer en France. Bien évidemment Monica Bellucci que je vais remercier, Samuel L. Jackson, Elia Suleiman, Henri Leconte. (rires) Je voulais absolument remercier la Terre entière. C’est mon premier Prix d’interprétation de toute ma vie, j’espère que ce n’est pas le dernier. Je me battrai pour ça. Je remercie tous les mecs du 19ème arrondissement, ceux du 93. Je remercie absolument Michel Rocard pour le RMI. On voulait finir en beauté en chantant l’hymne des tirailleurs algériens, sénégalais, pieds noirs qui étaient en première ligne durant cette Seconde Guerre mondiale… »

Et Jamel Debbouze d’ajouter lors de la conférence de presse des lauréats :

« Je suis tellement heureux et euphorique. Je ne pensais pas qu’on puisse arriver jusque-là. Ce film n’était pas censé se faire, et on a été récompensé… Ce soir, c’est l’un des plus beaux moments de ma vie. (…) On n’a pas la prétention d’avoir changé les choses, on les raconte en tout cas. Il y a des gens qui se sont sacrifiés pour qu’on puisse aujourd’hui répondre à vos questions en toute liberté. Il ne faut pas l’oublier. »

Rachid BOUCHAREB     
  
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s